Arthomoblog

Arthomoblog

A propos du blog

Bonjour et bienvenue sur le blog d'Arthomobiles.

Les mises à jour du site étant dictées par mes déplacements et les évènements auquel j'assiste, j'ai décidé de mettre en place cet espace qui sera beaucoup plus réactif à l'actualité, de Ferrari en particulier.

Je le lâche maintenant dans la nature et nous verrons comment il va évoluer. Pour ma part, je n'en ai aucune idée.

Le retour de la vipère

ViperPosted by Nicolas Thu, April 05, 2012 11:58:34

Je ne vous apprends rien, ça prend du temps d'être passionné, ce qui oblige malheureusement à faire des choix (jusqu'à la retraite en tout cas, s'il reste du pétrole à ce moment là). Un de mes regrets est de ne pas avoir le temps de m'intéresser aux anciennes muscle cars américaines dont je trouve la philosophie très positive (des gros cubes bodybuildés à la portée de tous) et le physique très plaisant. Néanmoins, pour l'amateur de courses automobiles, impossible d'ignorer les Corvette et les Viper qui ont marqué la compétition de leur empreinte. A l'occasion de la renaissance de la Viper, voilà l'occasion d'un rapide retour sur cet ORNI.

Les mythes ont la peau dure. Après avoir été produite sans interruption de 1992 à 2010, la Dodge Viper a vu sa fabrication stoppée en 2010, victime de la crise économique. Bonne nouvelle pour les fans, Chrysler a annoncé le retour de la voiture pour 2013. Restait à savoir si elle serait toujours le même monstre indomptable.

A l'origine, la voiture avait été conçue comme une réinterprétation moderne de l'AC Cobra: musclée, agressive, minimaliste et surpuissante. Carroll Shelby fit partie des bonnes fées qui se penchèrent sur son berceau. Lamborghini en fut une autre, intervenant dans l'adaptation de l'énorme V10 de huit litres pour couler le bloc en aluminium, au lieu de l'acier comme dans les pick-up RAM d'où il était issu. La RT/10 était née: 400 chevaux, une finition abominable mais un look d'enfer.

En 1996, une déclinaison en coupé, appelé GTS, fit son apparition avec un toit à double bossage. Sous une apparence similaire, la voiture était pourtant totalement retravaillée tant au niveau du châssis que du moteur, poussé à 450 chevaux. Les échappements latéraux étaient hélas abandonnés au profit d'une ligne classique vers l'arrière. C'est ma version préférée.

En 2003, la RT/10 laissa sa place à la SRT-10 et la GTS fut remplacée en 2006 par la SRT-10 coupé, SRT signifiant Street and Racing Technology, la division sportive de Daimler Chrysler. Le moteur fut poussé à 8.3 litres (!) et 500 chevaux et la ligne de la voiture devient plus anguleuse

La quatrième génération fit son apparition en 2008, le V10 de 8.4 l poussé à 600 chevaux. La production des Viper s'arrêta le premier juillet 2010. Considérant la situation des constructeurs automobiles américains à l'époque, parier sur le retour à court terme de la Viper n'était pas évident.

Pourtant la Viper SRT a été dévoilée par Chrysler à New York le 04 avril dans sa version coupé, un roadster devant suivre un peu plus tard. Le V10 de 8.4 L a été conservé, développant cette fois 640 chevaux, mais c'est esthétiquement qu'un grand pas a été franchi. La ligne globale reste la même, et c'est tant mieux. En commençant cet article, je m'étais promis de ne pas faire ce qui m'énerve particulièrement à la présentation d'une nouvelle Ferrari, à savoir des comparaisons à deux sous. Néanmoins, difficile de ne pas remarquer que les optiques avant ressemblent fortement à ceux de la Koenigsegg Agera

et que les feux arrière semblent inspirés de ceux de la Maserati GranTurismo (qui appartient d'ailleurs au même groupe). La nouvelle Viper semble avoir abandonné sa rusticité pour se mettre au diapason des sportives modernes: châssis beaucoup plus rigide, carrosserie en aluminium et carbone, électronique pousée. Les échappements reviennent sur le coté. La Viper sera assemblée dans les usines de Détroit, ville sinistrée par la crise. Comme pour toute nouvelle voiture, il faudra attendre de la voir en vrai pour se faire une idée (s'il en vient en Europe) mais la première impression est très positive. Quoiqu'il en soit, le retour d'une muscle car de ce gabarit ne peut être qu'une excellente nouvelle donc ne boudons pas notre plaisir.

En fait ce qui m'a fait le plus vibrer, c'est que la Viper semble d'emblée vouloir plonger dans la course. Et la marque ne se fixe pas n'importe quel challenge puisqu'il s'agit de s'engager en American Le Mans Series, l'un des séries GT les plus compétitives du monde. La nouvelle GTS-R pourrait courir dès cette année. Chrysler montre une confiance qui augure du meilleur.

Il faut dire que la Viper possède déjà un palmarès significatif en compétition puisque la première GTS-R date de 1995, développée en partenariat avec Oreca et Reynard Motorsport. Elle a remporté trois fois sa classe au Mans de 1998 à 2000, le championnat FIA GT en 1997, 1998, 1999, 2001 et 2002 et l'ALMS en 1999 et 2000.

En 2001 Dodge se retira de la compétition, se contentant de fournir des voitures a des clients désireux de s'engager en GT1 ou en GT3. Pour des considérations aérodynamiques, la ligne de la voiture s'était alourdie, notamment à l'arrière.

Je suis donc impatient de voir le retour en compétition de la Viper, d'autant plus que la GTS-R est superbe. Vivement le retour au Mans !

  • Comments(1)

Fill in only if you are not real





The following XHTML tags are allowed: <b>, <br/>, <em>, <i>, <strong>, <u>. CSS styles and Javascript are not permitted.
Posted by pat Sat, April 07, 2012 17:51:27

Content de voir que la Viper revient, même si je lui préfère la Corvettte. Esthétiquement, je préfère la version précédente qui ne copiait personne. Il y en aura surement en Europe, mais très peu, à mon avis à cause de sa finition (c'est vrai abominable). Les quelques inconditionnels se débrouilleront toujours pour en importer si Chrysler ne le fait pas, mais qui sait avec Fiat...
Le gros avantage de ce type de voiture, c'est que la rusticité de leur moteur les rends assez fiables et relativement peu onéreuse à l'entretien, espérons que l'électronique n'y change rien.